samedi 30 mai 2020

Positano

C’était il y a un an. Le 30 mai 2019.
Positano. Au lieu d’aller comme tous les touristes en bas, vers la plage et les boutiques, j’étais restée en haut après avoir pris l’autobus de Sorrento.
Il était hors de question que je reprenne la voiture. Les Italiens et la route! Surtout pour arriver ici...
Seule! Enfin arrivée à méditer!

Positano! Mon amour!
Je cherche dans mes archives photos, celles prise de nuit d’avion avec vue sur Positano, dans le vol de nuit, en direction de Upsala (Suède) pour aller chercher une bourse et un prix pour Raif Badawi en février 2017 je crois bien. Je ne la retrouve pas avec mon iPhone.
J’y suis! À Positano, j’y reste pour plusieurs jours. Les photos se ressemblent? Le décor aussi avec mes lunettes de soleil ! 😂 je ne vois rien de ce que je publie...
Ici, en Italie, on me parle en Italien et ils me prennent pour une Italienne.
Ils n’ont pas tort. 40 à 49 % d’ADN ça ne trompe pas. Au Maroc, on me parle en Espagnol et on pense que je le suis. En Israël, on me parle en Hébreu en me disant que je ressemble aux anciennes sabras (femmes originaires de Palestine. Ils n’ont pas tort - 50 à 59 % de mon ADN).
En Palestine, on me parle en arabe en pensant que je suis Palestinienne (ils n’ont pas tort ma grand-mère et mes ancêtres y sont nés et y sont morts et enterrés)  - le tort est d’avoir conservé ce magnifique nom Palestine pour désigner les ancêtres juifs, chrétiens, arméniens,
Orthodoxes, arabes de la Palestine ancienne d’avant 1948... pour diviser le territoire partagé. Pourquoi? Ne pas avoir appelé le territoire d’un nom arabe... comme prévu. Ça porte à confusion et les juifs, les Chrétiens, etc. dont le nom de la Palestine figure dans les livres saints (ancien et nouveau testament)  ne se seraient pas sentis bafoués aujourd’hui. En Espagne, on me parle en Italien. Et au Québec, après 54 ans on me prend pour une maudite française. Je suis méditerranéenne ! Je réponds ainsi ! 😉 maintenant à qui veut l’entendre.
Positano, la Fabuleuse!

























Aucun commentaire:

Publier un commentaire