vendredi 5 juillet 2013

L'ÉCOLE ET LE PLAISIR DU NUMÉRIQUE

Texte publié sur le blog de Saga... 

http://sagalab.ca/?s=evelyne

Alors qu’au début du siècle dernier, un visionnaire du nom d’Alexander Sutherland Neill, fondait une école, Summerhill, aux principes et théories originales dont le mandat premier était la liberté d’apprendre et la démocratie de gestion; tous ou presque, futurs pédagogues, en formation, baby-boomers ou génération X Y Z ou ABC, nous nous sommes pris à rêver de mettre en place un tel système d’apprentissage.
Depuis les années 1960 et 1970, de nombreuses écoles axées sur l’art ou l’apprentissage non traditionnel tentaient le changement pour s’apparenter au modèle de Summerhill. Il faut souligner que l’école se cherche de nouvelles approches et une nouvelle vocation depuis l’arrivée de la radio, de la télévision et plus encore avec celle du numérique.
Que dis-je? L’école fonctionne sur le même modèle depuis Charlemagne… j’exagère à peine.
Cette initiative lue au hasard d’un tweet parlant de la nouvelle école de l’artisanat numériquecomme celle de l’académie Khan rappelle ce rêve d’école de Summerhill de voir se transformer l’apprentissage au point de lui redonner sa vocation première : celle du plaisir d’apprendre par l’imagination et la création…
Ce texte a été écrit par Évelyne Abitbol, nouvellement vice-presidente stratégie et affaires publiques chez SAGA. Évelyne se joint à la nouvelle équipe dynamisée par les OCTAS 2013.
Bienvenue dans l’équipe des conteurs modernes, Évelyne.