jeudi 21 mai 2020

21 mai 2020


Aujourd'hui, mon réveil a sonné à 6 h du matin, car j'ai oublié de retirer dans mon agenda mon retour vers Montréal. Je me suis levée machinalement pour me rendre compte rapidement que non, je ne quitterai pas aujourd'hui.
C'est tant mieux me diront certains. Je crois finalement que oui. Finalement.
Ça, c'était à condition de ne pas l'attraper malgré l'escalade du nombre de morts, des manques de respirateurs, des hôpitaux bondés et des cimetières débordés.
J’avoue que je n'ai pas assez apprécié la mer. Dommage pour moi. Il y avait une ambiance très très significative lourde et angoissante! Il fallait étreindre la TV.
Mais ensuite il fallait rester informés.
Vous, vous avez vu les photos de la mer et de la plage que je vous photographiais alors que nous avions deux heures de permission de sortie depuis deux semaines. Voilà. MAIS. J’ai aussi cessé d’écrire et ralenti les photos... à cause des envies et des jalousies signifiées en privé et parfois en public agressivement sur des sites autres.
Au mois d'avril, il n'a pas fait très beau. Depuis quelques jours, il fait un temps magnifique et surtout aujourd'hui.
L'état d'alerte en Espagne a été prolongée jusqu'au 6 juin.
Mais nous avons de plus en plus la liberté de nous promener.
Moi qui ne tient généralement pas en place, non seulement dans les pays, que je visitais mais à la maison et là, je reste encore confinée la plupart du temps.
J'ai lu ce qui suit d'un de mes écrivains préférés...
«Je sais que les gens vont penser que tu es devenu complètement égotique en t’écrivant ainsi à toi-même. Surtout en ce temps où les autres te manquent tant. Où tu ramasserais désespérément n’importe quelle miette d’un souvenir collectif. Ils vont se dire que le confinement te propulse dans une sorte d’Alain-Delonite aigüe. Mais je ne pouvais faire autrement que de m’adresser à toi mon cher David, mon innocent de janvier 2020. Je t’écris d’un pays que tu vas bientôt connaître et pour lequel il ne faut pas de passeport. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire