samedi 4 avril 2020

22e jour - 11e jour

22e jour avant l’aéroport.
11e jour après la cavalcade à l’aéroport. Enfin! Le 11e fatidique. Avant le 15e soulageant.

C’est devenu mon rituel. Tel Robinson, je vous écris mon café à la main.
Pensées pour Raif d’abord! Son tweet et photos de la prison.
Ce matin, je suis convaincue que toutes et tous, vous vous posez mille et une questions, qui commencent par :
Jusqu’où ça ira?
Les porteurs asymptomatiques le sont-ils à vie?
Quand cela se terminera?
À quel moment ?
Quel en sera le signe? Le signal?
Qui lancera ce signal?
Je me suis levée en me posant toutes ces questions á la minute où j’ai ouvert les yeux. J’ai rabattu les couvertures sur moi.

Je me suis souvenue de ce que nous vivons!

Parce qu’on l’oublie parfois et ça revient nous cogner dessus. Bang!

J’ai revu mentalement les images d’une vidéo tournée en Espagne qui circule sur les médias sociaux (non je ne la partagerai pas), de l’arrestation d’un fou - handicapé mental - la mère qui hurlait à la police de le laisser tranquille, qu’il était fou, elle répétait et hurlait : il est fou, comprenez il est fou! Il est fou! Images des policiers qui mettent les menottes de force au fou, 3 ou 4 policiers qui flanquent la mère par terre, 5 voitures de polices appelées en renfort, les rues bloquées, les voisins qui hurlent à la défense de la mère et de son fils et là est mon propos: d’autres qui applaudissent les policiers!

e n’est pas la distanciation sociale qu’il faudra imposer après cet épisode mondial, c’est la fracture sociale qu’il faudra réparer.
Il faudra «Réparer les vivants».
(titre d’un magnifique livre lu il y a quelques années sur la suggestion d’un ami journaliste).
Et lá, croyez-le ou non, j’ai vérifié comment allait mon panaris. 😂
Je me suis pincée le doigt.
Á force de boire ma boisson chaude miracle, du gingembre et du citron râpé (avec zeste) et du miel, mes ongles sont si durs que lorsqu’ils cassent, et bien... ils dépassent la frontière imposée par la peau.
Donc pourquoi parler de ce panaris?
Parce que je n’ai pas de Polysporin à la portée de la main et hier matin pendant la crise aiguë, j’ai bien pensé aller à la pharmacie, 3 km aller et retour - je l’ai fait souvent - c’est la raison pour laquelle je sais combien de distance il y a entre chez moi et la pharmacie, ce n’est pas Siri qui me l’a soufflé. Je ne m’y suis pas risquée car j’ai crains de me faire arrêter. Ici il y a eu 129 détenus et 10 134 dénonciations en un jour. J’imaginais les prisons où les détenus sont confinés à 1 cm de distance.
J’ai donc été voir si Master Google avait une recette grand-mère à me proposer.
Vous voyez qu’on a besoin de nos vieux!
Et bien, j’ai trouvé: tremper le doigt de l’eau et un peu d’eau de javel diluée. Je ne vous dis pas la joie! Ce n’est pas l’eau de javel qui manque ici. J’en ai même une à saveur de citron.
Et bien ce matin, c’est cette première pensée qui m’est venue en tête après la vidéo de fracture sociale et les humains à réparer.
Mon auriculaire est guéri! Merci les grand-mères!
Et en ouvrant les rideaux, la mer était encore tellement grosse! Elle rugissait encore anormalement. Elle monte encore au moment où je vous écris.
Le vent l’emporte violemment sur le rivage ! Elle est sur le bord de l’immeuble.- 1ère Video.
Trop d’air ! Le vent étouffe! Et la mer lui réponds comme elle peut.
J’en ai respiré un bon coup pour les malades, nos aînés, en soins intensifs qui n’ont pas de respirateurs car il n’y en a pas suffisamment pour tous!
Á celles et ceux qui luttent pour leur survie! 🌈 Bonne saturation de votre oxygène! Si je pouvais vous en souffler un bon coup!
Nous, nous sommes les chanceux confinés, un peu en délire, mais rien de bien méchant.
Amusons-nous!
Pour celles qui en ont assez de leur conjoint, un modèle de tricot plus bas. Quand vous l’aurez terminé tel Penelope, la fidèle, (pas l’animatrice, l’originale d’Ulysse), défaites l’ouvrage et recommencez à tricoter. Ça vous occupera les mains que ne porterez pas à votre visage et vous ignorerez, en vous concentrant sur le compte des mailles, le lion en cage.
😉😍😘😘🌈❤️
PS: Hier, je suis descendue sur la plage privée (voir photo et petite vidéo). Seule! J’ai allumé le corridor avec mon coude, j’ai appuyé sur les boutons d’ascenseur avec ma clé sur l’étage 1. J’ai ouvert la porte avec mon coude de nouveau et j’ai marché 5 min avant que la grand-mère malveillante ne me rappelle à l’ordre - oui, oui, elles ne sont pas toutes guérisseuses de panaris.
Puis, je suis rentrée après avoir pris les précautions inverses.
Croyez-le ou non, j’ai lavé mes clés au savon !
On ne sait jamais elles peuvent avoir été contaminées par les serrures!
😂😂🌹☕️
Pour faire contraste et un peu moins badineuse, la prison dans laquelle sont agglutinés les prisonniers politiques ou de conscience en Arabie saoudite. (Photo)
Le message et les photos publiées sur le compte Twitter de Raif Badawi.
#SaudiArabia have released hundreds of prisonersas (convicted in criminal charges or in violation of residency regulation) as new cases of #coronavirus have been recorded. And yet Saudi prisoners of conscious are still languishing in these crowded prisons. Free #RaifBadawi
Pour quelle raison les prisonniers politiques ou de conscience n’ont-ils pas été libérés? Les libérer aurait été un formidable geste de compassion de l’#Arabiesaoudite #FreeRaif #FreeSamar #FreeWaleed Pensées et larmes non contenues pour les prisonniers de conscience agglutinés dans les prisons #Covid19
En Espagne aujourd’hui :
809 décès de plus qu’hier
11 198 décès
119 199 contagieux
30 513 guéris
Retenez ce dernier chiffre! 😉






















Aucun commentaire:

Publier un commentaire