jeudi 29 décembre 2016

Claudine Bertrand, un doctorat Honoris Causa et le Prix littéraire Alexandre Ribot

DOUBLE RECONNAISSANCE À L'ÉTRANGER POUR CLAUDINE BERTRAND 

Dommage qu'au Québec nous ne parlons pas de littérature ou si peu! Lire c'est vivre plus!

Nous ne parlons pas des poètes, ou si peu.

Nous n'accordons pas d'espace à la poésie ou si peu!

Ces espaces sont-ils réservés à un cercle fermé? Qui s'auto-congratule sans s'ouvrir aux autres ? Je me suis tant posée cette question depuis tellement d'années. En suivant l'actualité littéraire ici et ailleurs.

L'identité se définit aussi par sa culture, sa littérature, sa poésie et par leurs figures de proue.



Claudine Bertrand, notre ambassadrice de la poésie à l'étranger, aurait mérité qu'on parle au Québec de ses récentes prouesses. Pour ses livres, pour son travail ou pour son collectif Éloge et défense de la langue française.

Faire voyager sa poésie jusqu'en Europe centrale mérite des honneurs québécois. Ainsi, ce court texte pour raconter les honneurs reçus ailleurs. Histoire de rectifier...

Claudine Bertrand, poète connue et reconnue, après une trentaine d'ouvrages, s'est vu décerner, par l'université de Plovdiv, en Bulgarie, un doctorat Honoris Causa, le 30 mai 2016.



Elle est la première québécoise à se mériter cet honneur. À en croire les coupures de presse, c'est devant un public fasciné par la langue française que s'est déroulée la cérémonie officielle en présence des professeurs et des étudiants.

Depuis, une relation étroite réunit nos deux langues. Une traduction de ses poèmes sont parus dans le journal littéraire de la faculté.

Plovdiv, deuxième grande ville bulgare après Sofia, a été visitée autrefois par Lamartine qui y séjourna un moment. Cette ville vient d'être choisie pour représenter la capitale européenne de la culture en 2019. 


Claudine Bertrand a été reçue par la télévision nationale à Sofia pour parler de littérature, de poésie et de son doctorat Honoris Causa. Elle a poursuivi son périple en Slovaquie pour y rencontrer des lycéens dont le journal publia de ses poèmes.



A Paris le 11 juin 2016, elle a reçu le Prix littéraire Alexandre Ribot dans le cadre du marché de la poésie pour son implication dans le domaine de la littérature en plus de couronner son dernier recueil : Fleurs d'Orage, publié en France.