samedi 31 août 2013

LUXE, WEB ET VOLUPTÉ


Mon 3100e abonné sur  twitter est @luxeweb.

J'ai lu les messages laissés par cet abonné ou abonnée, histoire de savoir si j’allais à mon tour m’abonner. Vous savez comment ça marche…

Et voilà que je me laisse prendre à lire des nouvelles des marques de luxe, alors que je ne suis pas trop le genre à m’acheter des sacs Hermès ou des vêtements uniquement parce qu’ils sont griffés. Si l’objet me plaît, que mon budget me le permet, alors je peux flancher sur une marque en prenant soin d'enlever si possible l'étiquette. 




Cet abonnement de @luxeweb a fait émerger à nouveau les mille et une questions que nous nous posons souvent à propos de la publicité directe télévisée, de celle propulsée par les médias sociaux, facebook ou twitter ou des autres instagram, foursquare de ce monde. 

Dans ces fourre-tout que sont devenus ces lieux, nous pouvons passer de la marque de luxe à un échange entre deux personnes à propos du trop long poil de leur chat, aux tweet d’images atroces nous parvenant de la Syrie et autre pays où sévissent des guerres civiles.

Première question : Est-ce si désagréable de se retrouver dans un lieu qui nous transmette des images, des vidéos, des informations de toutes sortes, dans le désordre, voire même dans un chaos encadré?

Deuxième question: Devons-nous faire un tri et ne nous abonner qu’à ceux qui sont susceptibles de nous envoyer de l’information dans notre champ d’intérêt  et ainsi ne voir qu’un bout de la lorgnette?

Troisième question : Comment distinguer un message publicitaire lorsque l’avatar ne correspond pas à l’usager et qu’à s’y méprendre nous pourrions être pris au piège d’un échange pour une marque de voiture future ou par la volupté racontée et provoquée par un parfum  porté par une femme convoitée ou abandonnée ou encore par un membre d'un parti politique non évidemment identifié?

Et la quatrième question : Aimez-vous ce chaos?

Hors propos mais toujours à propos de twitter : Entendu à la radio hier matin à l’émission C’est pas trop tôt (CPTT) : « un abonné twitter a dit… » Il semble que les abonnés twitter n’aient pas d’identité mais que les marques ou les personnes connues du grand public qui fréquentent Twitter, en ont.

S'identifier avec volupté à une marque ou s'identifier à un personnage qui vous ressemble et qui porte la marque que vous aimez.


Et s'identifier et endosser les propos tenus par un abonné Twitter à condition qu'il ait un nom comme les marques en ont...